Quel parcours?

DESU Conseil en ressources humaines : Coaching

 Certification Golden (Inventaire typologique de développement)

3ème cycle en Management et Développement des Ressources Humaines .

Maitrise de Droit social

Licence de communication.

15 ans d’expérience RH dans le BTP, la téléphonie mobile et le secteur social.  Expérience des pays du Moyen Orient et connaissance du Maghreb.

Membre de l’Association Européenne de Coaching et de la Fédération Francophone des Coachs Professionnels



Une rencontre interculturelle fructueuse passe par plusieures phases

1 Il faut tout d’abord accepter les différences.
Cela ne veut pas dire renoncer a sa propre différence mais reconnaître qu’il peut y avoir d’autres façons d’être, de penser et d’ agir qui ont la même valeur que la mienne.
Par exemple : Etre conscient de l’importance de l’appartenance chez l’autre alors que cette valeur est très peu développée chez moi et accepter que cette position aie autant de valeur que la mienne.
Cette étape en soi fait déjà une énorme différence.

2 il faut pouvoir sortir de sa zone de confort et d’avoir suffisamment d’empathie pour tenter de changer quelques uns de ses comportements en les adaptant à son nouvel environnement. L’objectif est de se mettre en position méta et de regarder les différentes réponses culturelles possibles face à une situation, et adopter celle qui sera la plus adaptée au contexte.
Par exemple : Si mon interlocuteur est en retard a notre rendez-vous, j’ai le choix entre me sentir agresse par ce manque de respect ou considérer que la notion de temps est une très différente pour lui et je vais m’adapter en prenant le temps qu’il faut pour établir la relation avant d’attaquer le sujet qui m’intéresse. J’adopte là un rapport au temps qui n’est pas le mien mais qui me convient compte tenu de l’environnement.

Dans bien des cas elle sera l’étape ultime car elle nécessite déjà un effort qui n’est pas qu’intellectuel.
Durant ce processus, il arrive souvent que des périodes de régressions se produisent. Il faut l’annoncer auparavant au coache pour en retirer le caractère dramatique.

3 La dernière étape du processus consiste à créer une culture qui reprend les éléments les plus performants de chaque culture et à les faire adopter par l’ensemble de l’équipe. Cette phase n’est envisageable que si tous les membres de l’équipe sont impliques dans la démarche.

Que pensez vous de cette demarche?



Pourquoi je suis coach ?

Des études de droit choisies parce que « le droit mène à  tout » et déjà un intérêt pour la communication.
Un parcours professionnel RH durant lequel j’ai mis en œuvre les choix économiques d’entreprise dans le respect de mes valeurs humanistes.
Un engagement auprès des plus pauvres fondé sur le respect et la croyance en la richesse de toute personne.
Une expérience internationale qui m’a permis de remettre en cause beaucoup de certitudes mais aussi d’affuter ce qui est pour moi l’essentiel.

Et finalement, la conviction que les managers sont en prise avec des difficultés qu’ils doivent affronter seuls et que je peux leur donner un espace bienveillant pour réfléchir à leurs stratégies, leur management, leurs choix, leurs doutes et leurs aspirations.

Je suis coach car je crois fondamentalement à la capacité de chacun à trouver ses solutions si on lui en donne la possibilité.



Clear Conseil Coaching

 

Clear     Une professionnelle certifiée. 
Conseil    Étude de la demande  et des besoins professionnels.
 Coaching    Accompagnement  de carrieres        


Le coaching   notre cœur de métier.



1...56789

xavier doussin |
Mettre en Mouvement |
EIEBG |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BTS TC1 JOLIMONT
| Pour ceux qui rêvent de for...
| Gestion de Patrimoine